top of page

L'hôpital face au défi environnemental


Photo d'une sphère en verre posée sur de la mousse en premier plan avec une femme portant masque et gants chirurgicaux

1- Quel impact environnemental pour l'hôpital ?


L'enjeu climatique, de plus en plus pressant, impacte tous nos secteurs économiques. Au cœur de notre système de soins, l’hôpital, qui mobilise 8 % des émissions de gaz à effet de serre nationales avec 46 millions de tonnes de CO2 émises annuellement (source : santé.gouv), doit répondre aux injonctions environnementales et se doit aujourd'hui d'assurer sa mission en adoptant des pratiques responsables, vertueuses et durables.


A - La consommation énergétique

Avec une consommation d’énergie qui représente 11% de l’ensemble du secteur tertiaire en France (source : Ademe), l’hôpital mobilise une grande quantité d'énergies de sources diverses pour pouvoir assurer sa mission, tous les jours de la semaine et toute l’année. Il s’agit de maintenir le fonctionnement des équipements et matériels de soins, d'éclairer les bâtiments, de chauffer et climatiser (ces deux derniers postes représentant 60 % de la consommation énergétique hospitalière).


En France, le secteur de la santé compte environ 6 000 établissements sanitaires et 30 000 établissements médico-sociaux. Ces établissements (...) ont une consommation d’énergie annuelle de 21,5 TWh. Source : Ademe

Le 23 juillet 2019, le décret dit "Décret tertiaire" obligeait les espaces tertiaires d'une superficie supérieure à 1000 m2 à une réduction de consommation d'énergie de 40 % d'ici à 2030, pour arriver à 60 % de réduction d'ici à 2050.


B - La gestion des déchets


L’hôpital est un important générateur de déchets. Le personnel hospitalier (soignants, techniciens de laboratoire, agents d'entretien) arrive en "début de chaîne" pour les collecter, les trier et les conditionner de manière adéquate. Ces déchets présentent des natures très diverses, allant de la qualification de “non dangereux” (emballages, papier, carton, etc.), traités via les filières classiques de recyclage, jusqu’à ceux qualifiés de toxiques, qui nécessitent un traitement particulier : médicaments, produits de nettoyage ou de désinfection, matières radioactives, déchets anatomiques, anatomopathologiques, pharmaceutiques, médicaux infectieux (gants, aiguilles,...), etc. Ces derniers doivent être adressés à des filières spécifiques de collecte et d’élimination afin d'éviter tout risque pour le personnel, le public et l'environnement.


Illustration du traitement des déchets hospitaliers

C - L'usage de l'eau


La ressource en eau joue un rôle majeur en milieu hospitalier et nécessite une surveillance toute particulière. Le Ministère de la Santé et de la Prévention a édité un guide technique dédié à la qualité de l'eau dans les établissements de santé. Il s'agit d'éviter tout risque infectieux et/ou toxique pour le personnel et les patients.

Hygiène, soins, nettoyage, désinfection, alimentation, climatisation, chauffage, utilisation en laboratoire : l'usage de l'eau est multiple et se décline en différentes "catégories" : eau stérile, technique, traitée et non traitée.


Selon l’Ademe, un établissement de soin consomme quotidiennement une moyenne de 25 litres par lit en eau chaude sanitaire (température de 60° C).

D - L'impact territorial


Le besoin croissant de services de santé favorise le développement de grands programmes et chantiers hospitaliers. L’objectif est ici de concentrer les ressources et l’expertise médicale pour une prise en charge globale des patients, de favoriser la recherche et l’innovation autour d’experts rassemblés dans un même lieu et disposant de ressources mutualisées. 

Ces nouvelles constructions, qui s’étendent parfois sur des zones encore peu urbanisées, nécessitent la réalisation d’études d’impact environnemental, afin de minimiser les effets délétères sur la biodiversité. 


2 - Comment réduire l'impact environnemental de l'hôpital


A - Le projet politique


Partie intégrante de la refonte de notre système de santé, la réduction de l’impact environnemental des hôpitaux figure aux conclusions du Ségur de la Santé.



Mesure 14 du Ségur de la Santé
La transition écologique en santé est une démarche de santé durable favorisant l’intégration de mesures économiquement viables, socialement équitables et écologiquement soutenables, promotrices de santé et de bien-être. Source : Santé.gouv

Sous la coordination du Secrétariat Général à la Planification Écologique, une première réunion ministérielle s’est tenue le 22 mai 2023, donnant lieu à la création d’un Comité de Pilotage de la Planification Écologique présidé par la Ministre Mme Agnès Firmin Le Bodo.

Les ministères constitutifs (Santé, Transition écologique, Cohésion des territoires, Transition énergétique, Transformation, Fonction publiques, Industrie, Outre-Mer), la CNAM, la CNSA, l’Ademe, l’ANSM, la HAS, les fédérations et conférences hospitalières, ARS (représentées par celles de Nouvelle-Aquitaine et Grand-Est) et les représentants des usagers vont travailler la problématique énergétique des secteurs sanitaire et médico-social autour de 7 axes :


  • Bâtiment et maîtrise de l’énergie

  • Achats durables

  • Soins éco-responsables

  • Déchets du secteur

  • Formation et recherche en transformation écologique

  • Mobilités durables

  • Impact environnemental du numérique

Visuel de couverture de la feuille de route Planification écologique du système de santé

B - Le label THQSE


Le label Très Haute Qualité Sanitaire, Sociale et Environnementale (THQSE) est un label indépendant reconnu au niveau européen qui vise à promouvoir une démarche éco-responsable dans les établissements de santé en France. Plus de 300 établissements de santé se sont déjà engagés dans cette démarche.

Pour obtenir ce label THQSE, quatre volets sont concernés : l’économie, le social, l’environnemental et le sociétal. 


Logo Label de Qualité : Très Haute Qualité Sanitaire, sociale et Environnementale

Le label repose sur un référentiel de 170 points, dont 70 % doivent être satisfaits dès la première année. Il encourage les établissements de santé à adopter des pratiques durables et responsables sur les plans sanitaire, social et environnemental. Cela peut inclure des initiatives telles que la gestion des déchets, la réduction de la consommation d'énergie, la promotion de la santé publique, l'amélioration des conditions de travail du personnel soignant, etc.

Selon Olivier Toma, le créateur du label, les établissements de santé qui s'engagent dans cette démarche bénéficient à la fois d'économies et d'un avantage concurrentiel pour attirer de nouveaux soignants et patients. 

Ce sont déjà près d'une centaine d'établissements qui l'ont déjà obtenu sur le territoire.

En favorisant des pratiques durables, le label THQSE contribue à la préservation de l'environnement, à l'amélioration de la qualité des soins et à la satisfaction des patients. Il encourage également les établissements de santé à devenir des acteurs responsables et engagés dans la société.


C - Une nouvelle profession : CTEES


La transition écologique devenant un enjeu majeur pour les hôpitaux, les cliniques et les EHPAD, cherchent à réduire leur empreinte carbone. Pour les accompagner dans cette démarche, le Ministère des Solidarités et de la Santé a annoncé la création de nouveaux postes : les Conseillers en Transition Énergétique et Écologique en Santé (CTEES). Ces professionnels auront vocation à mettre en place des actions réduisant la consommation énergétique des établissements de santé : de 40 % d’ici 2030, de 50 % d’ici 2040 et de 60 % d’ici 2050. 

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page